Les moyens de financement possibles pour créer son entreprise

5 septembre 2016
9
Views

Un projet de création d’entreprise peut être financé selon deux manières: en interne à travers les contributions des associés ou à l’externe grâce à l’emprunt octroyé par les établissements financiers. Dans tous les cas, les conditions d’investissement sont complètement différentes. Quelles sont les solutions envisageables dans chaque option?

Opter pour les financements externes

Le prêt bancaire

C’est une somme accordée par les établissements financiers pour étoffer les ressources financières de l’entreprise. Ce type de crédit doit être remboursé selon une durée prédéfinie dans le contrat. Surtout, il ne faut pas oublier que la plupart des banques exigent la souscription à une assurance de prêt avant l’octroi de crédit. Or, celle-ci peut représenter le tiers du financement. Pour ramener à un niveau raisonnable le coût de l’investissement, il est donc important de trouver la formule la moins chère du marché. Ainsi, une approche comparative de plusieurs offres bancaires s’impose. Pour un gain de temps, nous vous conseillons d’utiliser la simulation assurance emprunteur sur Boursedescrédits. En effet, l’assurance garantit à l’organisme prêteur le remboursement du capital restant dû en cas de défaillance de la part de l’entreprise nouvellement créée.

Le prêt aidé

Il s’agit d’une offre de crédit qui est spécialement dédiée aux sociétés en phase de création. Ce prêt est souvent associé à un emprunt bancaire. Faisant partie des fonds propres de l’entreprise, il permet de répondre aux exigences des organismes prêteurs externes. En effet, pour pouvoir contracter un crédit, il faut que la société s’engage avec 30% d’apport au minimum. Ce crédit est souvent octroyé par des entités qui participent à la promotion de la création d’entreprise.

Le crédit-bail

Connu également sous l’appellation de LOA ou Location avec option d’achat, le crédit-bail permet à l’entreprise d’acquérir un local professionnel. Le principe reste simple: la banque se porte acquéreur du bien à la demande de la société. Puis, celle-ci loue l’immeuble pendant une durée déterminée avec une promesse de vente. La société ne peut donc acquérir le bien qu’à la fin du délai de location établi dans le contrat. En contrepartie, l’organisme financier est tenu de respecter son engagement de revente au profit de l’entreprise locataire.

À propos des financements de haut de bilan

Capital social

C’est l’apport initial des associés. Ces fonds sont définitivement acquis par l’entreprise. Ainsi, ils ne sont pas remboursables. Cette somme est directement injectée sur le compte de la société au moment de la signature du statut. Toutefois, ils sont seulement accessibles 3 semaines après l’immatriculation de la société.

Comptes courants d’associés

Ceci désigne le capital accordé par les associés pour répondre aux besoins de financement temporaires de la société. Cela signifie que cet investissement fait partie de la dette de cette dernière et qu’il doit être remboursé à un moment donné. Il peut générer une rémunération. Toutefois, son taux d’intérêt ne peut pas dépasser une certaine limite.

Apport de sociétés de capital-risque

Ces fonds sont injectés dans les capitaux propres de l’entreprise. Ici, la société de capital-risque est donc considérée comme un actionnaire. Son principal objectif est de vendre ses parts après quelques années pour pouvoir en tirer des bénéfices. Dès que l’entreprise se développe, le fonds profite du bon moment pour passer à la cession. Le fonds s’engage donc dans des projets à fort potentiel de plus-value tout en accordant un appui financier et stratégique aux jeunes sociétés.

Subventions d’investissement

Elles figurent dans les avoirs de la société, plus précisément dans le compte passif. Elles ne sont pas accordées pour être remboursées. Seulement, les conditions d’octroi doivent être remplies.

 

All Comments

Comments are closed.